Biographie d'Edouard Vallet 

 

1876

12 janvier Naissance à Genève

 

1877

Décès de son père. Les grands-parents élèvent les enfants. Edouard Vallet est particulièrement proche de sa grand-mère.

 

Jusqu'en 1891

Le jeune Edouard mène des études chaotiques et s'enfuit è des écoles o il est placé.

 

1892 - 1895

Ecole des Arts industriels, Genève.

Rebelle à toute discipline scolaire, il ne termine pas ses études mais acquiert une formation de base solide comme la maîtrise de la gravure sur bois. Il a la chance de suivre les cours de Barthélemy Menn.

 

 

1896 - 1899

Voyages dans la campagne genevoise et dans les départements français voisins. Premières peintures, gravures sur bois et affiches. Il aime représenter les paysages campagnards, les petites gens et les intérieurs modestes.

 

 

Malgré son caractère solitaire, il s'intègre à l'équipe des jeunes et remuants artistes genevois et participe à ses premières expositions de groupe. Nombreuses illustrations.

 

  •  

Il reçoit un matériel d'aquafortiste, se forme lui-même à cette technique qui lui est inconnue et réalise ses premières gravures.

 

1901 - 1903

Nombreuses lithographies pour l'Album genevois. Il aime peindre des rues ou quartiers pittoresques de Genève ainsi que des scènes populaires comme les marchés.

 

1903 - 1905

Plusieurs voyages à l'étranger, en Allemagne, en France et surtout en Italie d'où il ramène de nombreuses oeuvres. Poursuit sa série d'eaux-fortes.

 

1906 - 1907

A son retour, Edouard Vallet s'installe dans la campagne genevoise. Il commence alors un important ensemble de peintures de jardin.

 

1908 - 1912

Il visite le Valais et fait un premier séjour ˆ Hérémence. Désormais, son oeuvre s'imprègne profondément de cette région dont il souligne la grandeur. Il recommence à graver et entame une série exceptionnelle d'eaux-fortes. Nombreuses et importantes peintures.

 

 

Il mène une vie itinérante entre Genève et le Valais où il finira par s'installer notamment à Savièse. En 1911, Edouard Vallet é Marguerite Gilliard qui lui donne deux filles. En 1912, il fait une importante exposition chez Wolfensberger ˆ Zurich.

 

 

1913 - 1917

La famille Vallet achète un chalet à Vercorin o elle s'installe pour le printemps et l'été, le reste de l'année se passe ˆ Savièse. Edouard Vallet est de plus en plus connu et son oeuvre rencontre un succès considérable. Ses plus importantes eaux-fortes datent de ces années. Il reçoit des commandes officielles prestigieuses.

 

 

Publication du premier catalogue raisonné de son oeuvre gravée par Hans Graber.

 

1918

En juin, sa femme décède brutalement le laissant dans un désarroi profond. Il délaisse peu à peu l'eau-forte pour se consacrer essentiellement à la peinture. Une importante époque de création commence.

 

1919 - 1924

L'artiste est désormais célèbre et chacune de ses expositions est un évènement. Il séjourne tantôt à Vercorin, tantôt à Sion. En 1920, il épouse Marie Jollien, de Savièse, qui lui donne une fille.

 

 

Epoque de grande maturité qui voit naître de très importantes peintures.

 

1925 - 1928

En 1925, la famille Vallet s'installe à Confignon, dans la campagne genevoise. L'artiste revient souvent en Valais où il continue à trouver l'essentiel de son inspiration. Il peint également des arbres et des fleurs.

 

 

En 1927, afin de répondre à une commande, il se rend dans le Val d'Hérens pour dessiner. Il revient malade.

 

1929

1er mai Edouard Vallet s'éteint à Confignon où il est enterré

 

 

Edouard Vallet (1876-1929)

 

Un artiste au regard profondément humain

 

Edouard Vallet aime le petit peuple qu’il représente avec passion. Jamais, il n’a considéré ses modestes modèles – marchands, agriculteurs, montagnards – avec la curiosité de l’ethnologue ou du touriste avides de pittoresque. Grâce à un sens aigu de la fraternité humaine, il s’intègre à leur vie quotidienne, partagent leurs soucis et leurs joies. Il parvient ainsi à saisir – au-delà de la rudesse et de la dureté de l’existence paysanne – l’essentiel de la vie humaine. Il peut donc en manifester l’universalité. L’humanité de son regard se reflète avec force dans son œuvre. 

 

Ses grandes qualités artistiques et techniques sont au service de son unique objectif, exprimer l’homme : sa touche souvent appuyée – parfois légère –, son dessin précis, son sens de la couleur et de la composition monumentale. Il choisit ses sujets avec soin afin qu’ils expriment l’essentiel et l’authentique. A peine sorti de l’Ecole des Arts industriels de Genève en 1896, il court la campagne et se passionne pour les scènes rustiques. Les visages de vieillards – quand ils racontent une vie – retiennent toute son attention. Il revient à la ville, peint des coins de rues ou des quartiers genevois. Il entreprend de longs voyages, découvre notamment l’Italie, en revient mûri. 

 

Gravures et affiches

 

Mais c’est le Valais – dont il porte mystérieusement le nom – qui représente une rencontre fondamentale. Elle date de 1908. Edouard Vallet y découvre une sorte de jardin replié sur lui-même dans lequel s’exprime avec profondeur – loin de toute superficialité – comme un condensé de la tragédie humaine. Il réalise immédiatement combien l’eau-forte, associée à ses qualités artistiques personnelles, se prête à merveille à la représentation des scènes valaisannes. Il entame une série de gravures qui reste dans l’histoire de l’art helvétique comme un chapitre exceptionnel. Au cours des années, ces œuvres développent sa vision du Valais mais aussi – surtout – sa conception de l’existence et de la société.

 

La carrière d’Edouard Vallet se rythme également d’affiches qui accompagnent ses expositions ou quelque événement important. Elles représentent de véritables déclarations artistiques dans lesquelles le peintre s’investit particulièrement. Il y dévoile ses intentions avec une maîtrise rare. Malgré leur nombre limité – une dizaine – ses compositions représentent un ensemble très expressif. Edouard Vallet se révèle comme un des grands artistes de l’affiche. Dans d’autres domaines, il s’est également exprimé avec puissance et bonheur dans la lithographie et l’illustration. 

 

 

Dessins, fusain, encres de Chine

 

La peinture lui permet d’exprimer des sentiments plus secrets. Au cours des années et des aléas de sa vie personnelle et de sa carrière, il y revient toujours, pour finir par s’y adonner presque exclusivement. Ses huiles sont précédées de nombreuses études, pochades, fusains ou dessins qui révèlent, outre sa virtuosité, un art étonnamment spontané et vivant. Il saisit sur le vif une expression, un visage d’enfant,  dessine avec une patience infinie des mains, étudie avec rapidité un effet de lumière. Les dessins, mais aussi les encres de Chine et les gouaches, dévoilent particulièrement clairement les multiples qualités artistiques d’Edouard Vallet.

 

 

C’est à cet artiste d’exception, l’un des plus grands peintres suisses du début du 20ème siècle, que la Galerie de La Tine à Troistorrents consacre une importante exposition en présentant : 

 

une rare collection de gravures,

une série exceptionnelle d’affiches,

des lithographies

des dessins et encres de Chine

 

qui donnent un large panorama de l’œuvre d’Edouard Vallet et de son talent. 

 

UNE OCCASION REMARQUABLE 

POUR LES AMATEURS ET LES visiteurs

 DE (RE)DECOUVRIR L’ŒUVRE 

D’EDOUARD VALLET